Toggle navigation
TimFaitSonCinema

MERCI...

 L'Article


Roger Federer

Ce soir, Roger Federer m’a encore offert l’un des mes plus grandes émotions sportives. Sur ce passing d’Andy Murray qui file dans le couloir, le Suisse a en effet remporté le tournoi de Wimbledon. C’est selon moi l’une des plus grandes victoires de sa carrière, ou au moins l’un des plus importantes. Je dois avouer n’avoir pas vu le match puisque j’étais en voiture pendant les trois premiers sets mais j’ai pu arriver à tant pour les tous derniers jeux et cette balle de match magique. Je reverrai bien entendu le match en intégralité dans la semaine. Il conclut ainsi deux semaines assez incroyables qui l’ont vu passer par toutes les émotions (d’une élimination très proche face à Julien Benneteau à une alerte au dos en huitièmes de finale avant d’offrir un récital en quarts et en demi) et finalement se conclure en apothéose. Septième trophée à Wimbledon, dix-septième Grand Chelem remporté en carrière, place de numéro 1 retrouvée,… Et tout cela à presque 31 ans. Que d’émotions !!!

Roger

Depuis 2008, le déclin de Federer est une rengaine que l’on entend dans les différents médias spécialisés ou plus généralistes. Depuis cette période, il ne gagne plus autant qu’avant (c'est-à-dire deux ou trois Grands Chelems par an, ce qui étiat un standard tout simplement hallucinant…) et perd parfois des matchs qu’il n’aurait jamais laissés filer auparavant. De plus, son âge commence à devenir « canonique » puisque la trentaine est un cap très important pour les tennismen. Autant de paramètres qui poussent depuis quatre ans toutes sortes de prétendus spécialistes à voir la fin du règne de Federer et l’avènement programmé de Nadal, Djokovic et cie.

Pourtant, le « vieux » est toujours là et continue à être très régulier dans les grands rendez-vous (les 33 quarts de finale en Grand Chelem d’affilée en sont une preuve intangible). Il est vrai que les victoires et les finales se faisaient rares dans les très grandes occasions mais de là à dire qu’il avait été décroché par Nadal et Djokovic, c’était bien selon moi une vue de l’esprit. Ainsi, quand j’entends parler aujourd’hui du retour de Federer, je rigole doucement. Non, Federer n’est jamais parti, il a toujours été à très haut niveau. Il est juste parfois tombé sur un joueur quasi injouable car tout lui réussit (Djokovic à l’US Open 2011), un joueur injouable sur « sa » surface (Nadal à Roland Garros en 2011) ou un Français capable de tout (Tsonga à Wimbledon en 2011). C’est simple, depuis un an, il a prouvé qu’il était encore un formidable joueur, capable de briller partout. Son retour demain à la première place mondiale en est le signe le plus éclatant.


Personnellement, j’ai toujours pensé que Federer gagnerait de nouveau un tournoi majeur rapidement et qu’il aurait une possibilité de redevenir numéro un mondial. Je suis bien sûr un éternel optimiste mais j’y croyais vraiment. Je trouvais qu’il était passé souvent près d’un titre et que son jeu pouvait être parfois assez impressionnant pour inquiéter n’importe quel joueur. Il a prouvé ce soir qu’il en était bien capable et je le remercie d’avoir prouvé que j’avais raison d’être ainsi persévérant même aux yeux de ceux qui me prenaient parfois un peu pour un hurluberlu… Ce soir, je suis tout simplement heureux d’avoir la chance de pouvoir regarder ses matchs, de suivre sa progression et de l’encourager de ma modeste manière. Mais je ne peux m’empêcher de penser à l’après, au devenir du tennis quand Roger Federer ne sera plus là pour me faire ainsi vibrer.


* * * * *


Roger

En effet, un jour viendra – le plus tard possible, je l’espère – où Roger Federer va ranger ses raquettes et mettre fin à sa carrière. Ce moment-là sera forcément marqué d’une immense tristesse pour le monde du tennis dans son ensemble. Ce sport perdra à la fois une légende et un ambassadeur universel exceptionnel. Nous retiendrons tellement de choses de ce joueur : sa classe légendaire (tenues presque toujours parfaites, attitude continuellement fair-play), sa technique d’une pureté sans égale (science du déplacement, variété des coups, revers à une main splendide, coup droit supersonique), son physique assez impressionnant (jamais un seul abandon en cours de match, des pics de forme toujours lors des grosses échéances), son amour du jeu (émotion lorsqu’il gagne de nouveaux tournois, connaissance quasi encyclopédique de son sport), les émotions qu’il a pu procurer (retournements de situations complètement fous, discours lors de victoires ou de défaites), ses records (il y a match pour savoir lequel est le plus impressionnant mais cela fera peut-être l’objet d’un article plus tard…) ou encore ses coups magiques (voir ci-dessous les vidéos). Tout cela ne forme finalement qu’une seule et même personne…

Et nous, chanceux que nous sommes, nous pourrons raconter à nos enfants et petits-enfants que nous avons pu voir de nos propres yeux Federer évoluer, remporter toutes ses victoires et marquer durablement l’histoire du tennis. Peut-être ceux-ci ne se rendront-ils pas compte du bonheur que ca aura été pour un amoureux du tennis. Moi, en tout cas, je ne l’oublierai jamais. Plus d’une fois, ses matchs m’ont vraiment procuré de vraies émotions et je peux en considérer certains comme de véritables œuvres d’art, à la fois épiques et magnifiques. Et c’est pour cela que la seule chose à dire à ce joueur fantastique est :


MERCI


Trois coups magiques de Roger Federer


(face à Haas à Roland Garros en 2009, face à Djokovic à l’US Open en 2009 et à Roland Garros 2011)

Video

Video

Video



Avatar Gravatar

cj61 30.08.2012, 16:23

merci pour cet hommage au plus grand joueur de tennis de sa génération....


 Rédiger Un Commentaire