Toggle navigation
TimFaitSonCinema

LE MOIS PROCHAIN AU CINÉMA # 36 : AOÛT 2014

  • Actualité
  • Cinéma-Le mois prochain au cinéma

Traditionnellement, le mois d'août est celui où il se passe le moins de choses en France. En effet, la plupart des gens sont en vacances, il fait chaud et les salles de cinéma sont ainsi particulièrement peu remplies. Le nombre de sorties en salles chaque mercredi s'en fait ressentir puisque, mis à part quelques blockbusters américains et des films sans trop d'espoirs de public, il n'y a vriament pas grand chose. Néanmoins, on trouve quelques incongruités, comme si les distributeurs ne savaient pas vraiment quand caler leur long métrage... Bref, pas grand-chose à se mettre sous la dent et c'est tant mieux car, moi aussi, je suis en vacances...
 

• Mercredi 6 Août

Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan :

J'ai vu la Palme d'Or du denier Festival de Cannes il y a pas mal de temps. En plus de la critique que vous trouverez ici, je n'ai qu'une seule chose à rajouter : il faut être en bonne forme pour aller le voir car plus de 195 minutes devant un tel long métrage, c'est quand même long et si on a un peu sommeil, ça peut s'avérer assez galère... Mais ça vaut quand même le coup !

Bande-Annonce


Lucy de Luc Besson :

Alors qu'il avait annoncé qu'il ne réaliserait plus il y a une petite...

  •  Timothée
  •  31.07.2014, 16:00

14  WINTER SLEEP

affiche_du_film En Anatolie, Aydin, un ancien comédien à la retraite, tient un hôtel essentiellement destiné à la clientèle touristique. Il loue aussi des maisons à des gens du coin. Vit avec lui sa jeune femme et sa sœur, avec qui les relations ne sont pas toujours faciles. Au cœur de l’hiver, tous ces personnages vont bien être obligés de cohabiter et de régler leurs soucis.

On ne peut pas dire de Winter Sleep que ce n’est pas un vrai film de cinéma. Il y a tout (de la mise en scène, du jeu d’acteurs, de très belles images) mais, pour réellement convaincre, sans doute aurait-il fallu ne pas ainsi en rajouter sur la longueur. Le scénario aurait ainsi mérité d’être un peu plus densifié. Une Palme d’Or qui se discute, donc même si c’est une vraie œuvre de cinéma.

13  JIMMY’S HALL

affiche_du_film Jimmy Gralton revient dans son Irlande natale, après dix années d’exil et son pays a bien changé puisque après la guerre civile, plus de libertés semble être un horizon possible. Il est là pour aider sa mère dans la ferme familiale mais, poussé par la jeunesse locale, il va rouvrir une sorte de foyer où l’on danse et étudie. Au risque de réveiller les vieilles tensions avec l’Eglise, notamment.

Ken Loach livre un film formellement plutôt réussi. C’est proprement et joliment réalisé. Néanmoins, le tout manque clairement de souffle, notamment du fait d’un acteur principal qui manque un peu charisme et d’un discours parfois un peu trop manichéen. On a connu un Ken Loach plus incisif.

COUPE DU MONDE 2014 : LE BILAN

  • Actualité
  • Sport-Coupe du Monde 2014


Ca y'est, c'est fini et vraiment fini. Après un mois de folie pure, avec des buts en pagaille, des polémiques, des jolies joies et de petites peines, il est temps de tirer un trait sur cette vingtième Coupe du Monde. J'aurai quand même vu un sacré paquet de matchs (environ trente-cinq) dont toutes les confrontations de la phase finale. De quoi en faire un bilan qui sera court, d'abord du fait que le temps me manque (préparation de déménagement oblige) mais aussi parce que j'ai fait des bilans peu à peu et que les principales informations y sont.

Vous pouvez d'ailleurs les retrouver ci-dessous si besoin :

Le Premier Tour - les Bleus

Le Premier Tour - Bilan global

Le Premier Tour - Groupe par groupe

Huitièmes de finale - Bilan global

Quarts...

  •  Timothée
  •  15.07.2014, 16:15

COUPE DU MONDE 2014 : LA FINALE - BILAN GLOBAL

  • Actualité
  • Sport-Coupe du Monde 2014

Après près d'un mois de compétition, de surprises, de déceptions, de découvertes, de joies et de confirmations, nous voilà arrivés au bout du chemin pour cette vingtième Coupe du Monde. Visiblement, l'organisation a plutôt assuré et l'ambiance était présente dans ce qui est quand même le pays du football. Les problèmes sociaux n'ont pas pour autant disparu et la fin de parcours en queue de poisson de la sélection locale ne va pas contribuer à appaiser les tensions. Sur le terrain, ce fut une belle compétition, avec un record du nombre de buts inscrits égalé (même si ce n'est pas forcément gage de qualité) et un certain nombre de jolis combats tactiques livrés. Bien sûr, quelques uns des soixante-quatre matchs furent des purges mais, dans l'ensemble, on s'est plutôt régalé et le vainqueur qui en ressort, l'Allemagne, est un beau champion…

Nous passerons très rapidement sur la petite finale (que je n'ai pas regardée et qui, de plus, est un match qui ne signifie pas toujours grand-chose) pour nous intéresser plus spécifiquement à cette finale.

Etant donné que je n’ai pas vu le match – ce qui, disons-le tout net, ne m’a pas beaucoup coûté –, je serais bien en peine de pouvoir vous en parler. Visiblement, le Brésil est passé à côté de son début de match et l’a payé par deux buts après un quart d’heure. Malgré une petite révolté, les Brésiliens ont buté sur des Hollandais bien organisés qui ont fini par mettre le troisième en toute fin de match, comme pour achever définitivement une sélection...

  •  Timothée
  •  14.07.2014, 11:00