Toggle navigation
TimFaitSonCinema

AQUARIUM DE DAVID VANN

  • Actualité
  • Lecture

Caitlin a douze ans et, tous les jours, elle attend sa maman après les cours dans un aquarium où elle observe les poissons qui ne cessent de la fasciner. Elle y fait la rencontre d’un vieil homme qui, lui aussi, trompe sa solitude devant les créatures marines et auprès duquel elle va peu à peu se confier. Quand la mère de Caitlin découvre cette relation, tout change, malheureusement…

David Vann est un auteur que j’ai découvert grâce à son premier roman qui frappait très très fort (Sukkwan Island) et, depuis, je me suis attaqué à chacun de ses écrits, très vite après leur sortie en France.  Pour les trois suivants (Dernier jour sur terre est une œuvre très intéressante mais à part dans sa bibliographie), je peux dire que j’ai été de moins en moins convaincu, avec un dernier (Goat Mountain) que j’ai même trouvé par égards assez prétentieux. Désolations et Impurs m’avaient davantage plu même si les thèmes de prédilection de l’auteur ainsi que le côté extrêmement noir de ses histoires perdaient un peu en force au fur et à mesure. En quatre romans, on peut tout de même dire que David Vann s’est forgé un style d’écriture reconnaissable ainsi qu’une œuvre cohérente, autour notamment du thème des dysfonctionnements familiaux et de tout ce qui peut en découler de plus terrible. Aquarium, son nouveau livre, étant sorti en octobre, je me suis assez rapidement précipité dessus et, après avoir fini un ancien Lehane, j’ai pu...

  •  Timothée
  •  05.12.2016, 18:00

14  LA FOLLE HISTOIRE DE MAX ET LÉON

affiche_du_film Max et Léon sont deux amis d’enfance qui vivent à Mâcon. Véritables tire-au-flanc, ils passent leur journée à en faire le moins possible et à boire des coups. Quand la guerre est déclarée en 1939, ils se voient obligés de devenir soldats. En faisant tout pour éviter leur sort, ils vont vivre des aventures complètement dingues…

Après une première demi-heure vraiment compliquée pour mettre en place les enjeux, Max et Léon s’avère être un très bon divertissement, plutôt bien foutu et vraiment très drôle par moments. On ne peut pas dire que l’on tient la comédie du siècle mais les deux compères du Palmashow réussissent tout de même leur pari : faire rire sur la Seconde Guerre Mondiale. Et ce n’est déjà pas si mal…

16  LE CLIENT

affiche_du_film Emad et Rana forment un jeune couple iranien plutôt moderne puisque tous deux jouent dans une troupe de théâtre. Alors qu’ils doivent quitter leur appartement du fait de travaux qui menacent l’immeuble, ils trouvent une solution de repli dans un nouveau logement. Mais le passé de l’ancienne locataire va brutalement refaire surface et mettre le couple à l’épreuve.

Le Client est un long métrage qui n’est pas toujours facile à appréhender, multipliant les changements de direction et les fausses pistes. Tout est en fait construit pour culminer dans une dernière demi-heure assez formidable, où les enjeux se cristallisent véritablement. Le tout est servi par des acteurs très justes dans leur interprétation. Une nouvelle fois, Asghar Farhadi frappe juste et fort.

11  IRIS

affiche_du_film Max est un mécanicien qui peine à vivre de son garage. Un jour, une jeune femme lui propose un marché : elle veut faire croire à un kidnapping afin d’échapper à son mari, un très riche banquier. Quand Iris disparait, Antoire se met à sa recherche de sa femme, ainsi que la police. Mais tout le monde a-t-il vraiment conscience de ce qui se trame vraiment ?

L’idée de départ n’est pas si mauvaise, mais Iris est un long métrage qui ne débute jamais réellement, coincé entre une esthétique qui tourne rapidement à vide et, surtout, un scénario de moins en moins crédible. Au fil des minutes, ça finit presque par être gênant pour des acteurs qui font ce qu’ils peuvent mais qui, eux non plus, ne s’en sortent pas vraiment… Très loin d’être convaincant…

14  TU NE TUERAS POINT

affiche_du_film La guerre éclate en Europe et Desmond Doss, un jeune américain décide de servir son pays. Mais ses principes religieux et moraux lui interdisent de tuer et même de tenir une arme. Après une longue bataille avec la hiérarchie militaire, il obtient le droit de partir à la guerre sans fusil. Il deviendra même un héros…

Tu ne tueras point est un bien drôle de film où à une première heure hyper classique et presque un peu mièvre, répond une deuxième absolument dantesque visuellement. Jamais sans doute un réalisateur n’était allé aussi loin dans la représentation de la violence des combats de la Deuxième Guerre Mondiale. Le bilan est donc forcément contrasté mais, quand même, quelle claque on prend…