Toggle navigation
TimFaitSonCinema

15  ELLE

affiche_du_film Michèle, qui dirige d’une main de fer une maison d’éditions de jeux vidéo, est agressée et violée à son domicile. Elle décide d’y faire face en ne prévenant pas la police et en continuant sa vie et toutes ses contrariétés familiales presque comme si de rien n’était. Mais l’homme la traque et elle décide de rentrer avec lui dans un jeu de manipulation, qui va peu à peu dégénérer…

Elle est un film vraiment troublant, où une Isabelle Huppert magistrale campe une femme aux multiples contradictions. Entre thriller, drame familial et satire sociale, Verhoeven offre une œuvre loin d’être « évidente » et qui ne peut pas laisser le spectateur indifférent. Personnellement, ça m’a plutôt plu…

TFSC EN MODE EURO 2016 : HUITIÈMES - BILAN 2/2

  • Actualité
  • Sport-Euro 2016


Suite du bilan des huitièmes de finale avec des matchs de bien plus grande qualité que les quatre précédents. On a vu à peu près de tout entre de grosses dominations conclues sur des scores fleuves, une opposition tactique de grande qualité et une surprise monumentale. Bref, tout ce qu’on aime dans le football…

Après avoir tranquillement géré lors de la phase de groupe (deux victoires, un nul, trois buts marqués, aucun encaissé), l’Allemagne passait un premier vrai test contre la Slovaquie que j’avais trouvé loin d’être inintéressante au premier tour, notamment lors de son nul contre les Anglais. Habituée à monter en puissance au fil  de la compétition, la Mannschaft n’a pas fait mentir cette réputation en désossant littéralement des Slovaques complètement perdus…

Un match à sens unique

Quelques semaines auparavant, en match de préparation, l’équipe allemande s’était fait surprendre 3-1 par les Slovaques, à domicile. Motif d’espoir suffisant pour l’équipe emmenée par Marek Hamsik et Martin Skrtel, ses deux fers de lance ? Très rapidement, on comprend qu’entre les matchs amicaux et la vraie compétition, il y a un monde et que l’Allemagne est justement la reine pour passer de l’un à l’autre. Etouffés d’entrée, incapables de ressortir proprement le ballon, les Slovaques souffrent et encaissent rapidement un but sur une superbe reprise de Boateng suite à un mauvais dégagement défensif. Ils passent même tout près de la correctionnelle...

  •  Timothée
  •  28.06.2016, 18:00

TFSC EN MODE EURO 2016 : HUITIÈMES - BILAN 1/2

  • Actualité
  • Sport-Euro 2016


Voici un bilan des quatre premiers huitièmes de finale de la compétition. Si la journée de samedi a été plus que décevante, avec des matchs au niveau de plus en plus discutable, le match de la France contre l’Irlande a permis de me remettre un peu de baume au cœur. Au-delà du score final, positif pour les français, on a surtout assisté à un match avec du jeu et des occasions, même si le niveau technique n’a pas été franchement incroyable. Mais ces trois premiers matchs de samedi ont surtout confirmé l’impression que nous a laissé le premier tour de la compétition : une certaine pauvreté technique et, surtout, des équipes au niveau finalement assez proches l’une de l’autre.

Retour plus précis sur chacun des matchs avec un rapide résumé, un focus sur le joueur du match et une note pour l’ensemble du match. 

Entre ces deux équipes qui ont terminé deuxièmes de leur groupe respectif, sans perdre un match, on s’attendait à un match équilibré, avec un petit avantage pour la Pologne qui semblait avoir géré lors de son premier tour et n’avait pas encaissé de but en trois matchs. Sur le terrain, on a eu droit à une rencontre loin d’être désagréable, même si l’attitude de la Pologne a été assez étonnante et a failli lui coûter une première participation à un quart de final d’Euro…

Une Pologne à mi-temps

Les Polonais attaquent plutôt fort d’entrée, portés...

  •  Timothée
  •  27.06.2016, 18:00

TFSC EN MODE EURO 2016 : PREMIER TOUR - BILAN GÉNÉRAL

  • Actualité
  • Sport-Euro 2016



13 jours de compétition, 36 matchs, 69 buts (dont 22 du pied gauche, ce qui a son importance…), 934 tirs, 29 778 passes, 908 fautes et 154 hors jeu sifflés. Ca y est, le premier tour de l’Euro, c’est terminé. On est donc à la « moitié » de cette compétition (même si, dans les faits, plus de deux tiers des matchs ont été joués) et huit équipes (seulement) ont déjà fait leur valise pour retourner dans leur pays. Pour les seize autres, elles peuvent encore rêver et dès demain commence que l’on appelle souvent « une autre compétition ».

De mon côté, j’ai regardé presque tous les matchs dans leur intégralité, à quelques exceptions près, ce qui fait que je me retrouve un peu orphelin de football depuis deux jours. Mais c’est une bonne chose de prendre un peu de repos avant de réattaquer très fort ce week-end avec les huitièmes de finale. Ce fut un premier tour pas toujours enthousiasmant mais qui peut laisser espérer de belles choses pour la suite, avec ce que l’on attend vraiment : les matchs à élimination directe qui font le sel de ce sport !

Alors, avant que le « vrai show » commence, il est quand même temps de tirer un petit bilan de ces treize premiers jours de compétition. On va faire ça point par point, un peu pêle-mêle mais en essayant d’en oublier le moins possible !

LE JEU : PAS AUSSI TERRIBLE QU'ON LE DIT

Si on prête un peu l’oreille depuis le début...

  •  Timothée
  •  24.06.2016, 18:00

16  MA LOUTE

affiche_du_film Au début du vingtième siècle, la famille Van Peteghem, riches bourgeois lillois, vient passer ses vacances dans sa splendide demeure qui donne sur une baie de la Manche. Mais entre des disparitions inquiétantes, une enquête qui n’avance pas vraiment et une histoire d’amour entre Ma Loute, fils d’une famille de pêcheurs locaux, et Billie, les vacances ne seront pas de tout repos.

Ma Loute est un film comme on en voit très rarement dans une année et même dans une décennie. Complètement loufoque, par moments tellement barré que l’on ne sait plus bien où on est, offrant à ces acteurs principaux de véritables numéros, c’est un long métrage qui déroute et qui ne peut pas laisser indifférent. Personnellement, j’ai beaucoup aimé, notamment parce que c’est bien plus maîtrisé qu’il n’y paraît.